dimanche 10 août 2008

La Goutte - une petite histoire pour les enfants...

La Goutte

La goutte quitte sa mer par une chaude après-midi d'évaporation.
Elle se retrouve au beau milieu d'un nuage blanc poussé par le vent vers ces terres que tant d'autres gouttes lui ont décrites avec passion.

Mais quel ennui ce voyage en nuage qui n'en finit pas ! Figurez-vous qu'il n'y a vraiment rien au milieu d'un nuage ! Alors, pour tuer le temps, très beau au demeurant, notre goutte s'amuse à attraper des petites gouttelettes d'embruns. "Comme c'est curieux, je me sens un peu plus grande à chaque gouttelette attrapée" pense la goutte.

Imperceptiblement, pour chaque gouttelette attrapée, la goutte, de plus en plus grosse, descend vers le dessous du nuage.

Tout-à-coup, tout devient gris, partis les chevaux blancs ! Même pas le temps de comprendre et voilà notre goutte, emportée par son poids, qui dégringole à toute vitesse vers le sol ! Après tout, c'est ce qu'elle désirait, non ?

Ben oui mais ici la terre ne ressemble pas à ce qu'on lui a raconté, rien de vert, pas d'arbre, pas de montagne, pas de rivière, pas de toit rouge, pas d'enfant courant se mettre à l'abri ! Non, il n'y a rien que du sable à perte de vue et la vue d'une goutte est pourtant excellente !

Ce qui devait arriver arriva et notre goutte s'écrase sur le sable avec une telle violence que toutes les gouttelettes d'embruns goulument gobées s'éparpillent dans toutes les directions, redonnant à notre goutte sa taille de jeune fille !

Tout ce chemin pour voir du sable ! Elle sait bien ce que c'est du sable pour avoir tant joué sur les plages: on y est amenée par les vagues, on s'enfonce dans le sable et on retourne à la mer par le dessous. Quels bons souvenirs !

Ici aussi la goutte commence à s'enfoncer dans le sable qui n'offre aucune prise pour une goutte normalement constituée ! Le gros problème est qu'ici il n'y a pas la mer ! La goutte se demande avec effroi jusqu'où elle va s'enfoncer dans ce sable où il fait maintenant si sombre.

Soudain, une voix lui demande: "Mais que fait donc une si jolie goutte dans un endroit si bizarre ?" La goutte a envie de pleurer mais est-ce que ça pleure une goutte ? C'est en fait une graine qui lui parle; elle lui tient un discours évidemment intéressé: "Si tu me rends un service, moi je te renvoie dans tes chers nuages" ! "Comment est-ce possible ?" se demande la goutte qui accepte le marché sans condition.

Aussitôt, la graine absorbe la goutte toute entière ! En quelques minutes, la graine germe et une tige pousse droit vers la lumière à une vitesse qui, pour une plante, est phénoménale !
A peine au soleil, un bourgeon se forme grossit et s'ouvre en une fleur magnifique ! La goutte d'eau a fait fleurir le désert !

A cet instant, la fleur dit: "Attention petite goutte, je vais respirer un grand coup et il faudra en profiter pour t'évaporer car, après, je ferai de nouvelles graines et je mourrai" !
La goutte hésite un moment de tristesse puis s'élance vers le bleu du ciel ! La graine a tenu parole.

Et le voyage reprend mais seule cette fois, le ciel d'un désert n'est pas souvent nuageux ! La goutte a perdu quelques dixièmes de millimètres dans l'aventure mais elle n'oubliera jamais la fleur de l'espoir au milieu du désert.

Quelques cieux plus loin, la goutte embarque sur un nuage croisé au hasard des vents. Celui-ci l'emmène au dessus d'un pays que vous connaissez bien, disons même, pour être précis, au-dessus d'un jardin que vous connaissez bien: jolie maison, balançoire, enfants, ballons et j'en passe ! Tout cela se reflète sur la goutte si curieuse de tout voir qu'elle en tombe de son nuage avec plein d'autres gouttes tout aussi curieuses !

Dans le jardin, quelle agitation ! Les fauteuils et les gens ont l'air de vouloir tous rentrer dans le petit chalet ! Ah ? Tiens non ! Les gens en maillot ressortent en courant vers la maison. Comme c'est drôle !

Plaf ! La goutte tombe sur des cheveux ! Garçon ou fille ? Quelle importance pour la goutte qui dégouline le long de la joue au gout salé ! Ça alors ! On dirait la mer se dit la goutte ! La descente continue vers le menton et la goutte se détache pour tomber sur une herbe verte qui la rattrape et plie sous le choc avant de se relever fièrement en renvoyant la goutte vers le parterre de fleurs !

Vu d'en bas, c'est la débandade chez les fleurs ! Elles qui ont tant besoin d'eau pour grandir n'ont pas l'air de l'aimer quand elle tombe du ciel ! Ce qu'on aime le matin ne fait pas toujours les beaux soirs !

C'est ainsi que la goutte a vu mourir une rose n'ayant plus la force de retenir ses pétales qui offrent maintenant un doux matelas à d'autres gouttes qui continuent d'arriver, heureuses d'un accueil si doux et ignorantes du drame qui vient de se jouer. "Qu'est-ce qu'elle sentait bon" soupire un bourdon abrité sous une large et robuste feuille !

Curieusement, la goutte ne s'enfonce pas mais un flot d'eau l'emporte soudain à toute allure sur un parcours étrange et sinueux ! La course folle s'arrête quand toute cette eau se déverse dans une ouverture béante et malodorante ! Dès cet instant, tout est sombre et souterrain. Il y a d'autres gouttes mais elles ne sont pas transparentes, elles sont opaques, noires, brunes ou jaunes et n'ont pas toutes une odeur très agréable.

Par miracle, ou peut-être est-ce voulu, notre goutte est perchée sur une feuille et est restée tout-à-fait transparente. Quand la feuille s'est arrêtée dans un coin, la goutte se met à pleurer ! Je n'aimerais pas voir une goutte pleurer.

La goutte scintille dans ces ténèbres. Deux yeux se tournent vers elle et se mettent à scintiller à leur tour. "Je ne savais pas que tant de beauté faisait pleurer" dit une voix. La goutte arrête net de pleurer et devine les contours de ce qui apparait comme une horrible bête poilue !

"Je voudrais tant revoir ma mer" balbutie la goutte qui pense sa dernière heure arrivée, ici, dans les entrailles de la terre ! "C'est tout ?" dit la voix. "Mais il n'y a rien de plus simple: reste sur ta feuille et laisse-toi aller". Cette phrase fait resplendir la goutte et les deux yeux de plus belle, l'émotion sans doute. Et le rat, car il s'agit bien d'un rat, pousse la feuille délicatement au fil de l'égout jusqu'à une rivière qui coulait à ciel ouvert. Tiens ? Comment s'appelle-t-elle déjà, cette rivière ?

La goutte se dit que jamais elle n'aurait deviné tant de douceur en voyant ce rat si laid ! Dorénavant, elle regardera l'intérieur des gens avant d'avoir peur !

La dernière fois que j'ai vu la goutte, elle éclaboussait un bateau dans une écluse. C'était il y a bien longtemps. Pensez-vous qu'elle ait rejoint sa mer ? J'ai aussi ma petite idée !

E. G. A.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire